fenêtre de Johari
Conseils pro

La fenêtre de Johari Pour se connaitre

Dans le théâtre de la vie, chaque individu jongle entre les rôles d’acteur et de spectateur, révélant certains aspects de sa personnalité tout en en dissimulant d’autres. Alors imaginez un outil permettant d’accéder à une compréhension affinée de soi-même et d’autrui, en dévoilant les parts cachées de la personnalité comme les perceptions inconscientes. C’est ce qu’offre la fenêtre de johari, un concept psychologique qui transcende les modalités traditionnelles de communication et propose un éclairage stimulant sur les dynamiques sociales. Venez découvrir cet outil magique qui ouvre de nouvelles vues sur les processus complexes de la découverte de soi par soi-même et par les autres.

La fenêtre de Johari : qu’est-ce que c’est ?

Au cœur des relations humaines, la fenêtre de johari se présente comme un outil éclairant les aspects mystérieux de la communication et de la connaissance de soi. Conçu par Joseph Luft et Harrington Ingham, ce modèle se matérialise sous la forme d’une grille à quatre quadrants, chacun représentant une facette particulière de l’individu. On retrouve notamment la zone publique ou ouverte, la zone aveugle, la zone cachée et la zone inconnue.

La zone publique

La première zone correspond aux éléments de la personnalité qui sont à la fois connus de l’individu et des autres. L’Open Area (en anglais) relève de l’auto-révélation. Elle comprend des indicateurs tels que l’identité de la personne, ses caractéristiques comportementales, sentiments et idées partagées volontairement, son parcours professionnel ou encore ses valeurs affichées. On peut parler d’auto-image, c’est-à-dire l’image que la personne souhaite donner d’elle-même et qui peut être découverte facilement par son entourage.

La zone aveugle

Cette zone (Blind Spot) dévoile des aspects de la personnalité dont l’individu n’a pas conscience. Relevant de la perception, elle se compose notamment des impressions que la personne dégage sans en avoir connaissance, de rumeurs à son sujet ou de réactions spontanées relevées dans ses rapports avec autrui. Elle contribue ainsi à véhiculer une représentation de l’individu parfois éloignée de celle qu’il pense véhiculer.

La zone cachée

L’Hidden Area renvoie aux éléments de la personnalité que la personne connaît intimement mais qu’elle choisit de dissimuler aux autres. Il peut s’agir d’impressions, interprétations, vulnérabilités, ressentis ou d’expériences passées que l’individu tient à garder secrets afin de contrôler son image.

La zone inconnue

L’Unknown Area désigne les aspects de la personnalité qui demeurent un mystère aussi bien pour l’individu que pour son entourage. Ces caractéristiques singulières ont généralement tendance à se révéler à l’occasion de nouvelles situations vécues. Elle peut englober des pans encore non explorés de la personnalité ou des souvenirs anciens enfouis.

Comment fonctionne la fenêtre de Johari ?

Le fonctionnement de ce modèle repose sur des mécanismes souvent discrets qui influencent en sous-main l’évolution des relations interpersonnelles. Il implique un processus d’interactions permanentes, donnant lieu à une constante négociation entre ce que l’on donne à voir de soi-même et ce que les autres amènent à la lumière.

La “zone ouverte” tend à se développer lorsque l’individu partage consciemment des éléments de sa personnalité, jetant ainsi les bases d’une compréhension mutuelle avec son entourage. Il s’agit d’une aire de transparence, constituant le socle des relations saines fondées sur l’ouverture.

À l’inverse, la “zone aveugle” met en exergue l’importance cruciale des feedbacks. C’est à ce niveau que les autres vous renvoient des aspects de votre personnalité dont vous n’avez pas pleinement conscience. Ainsi, vous offrent-ils un miroir permettant d’observer vos propres zones d’ombre sous un jour nouveau. Les retours constructifs deviennent alors des outils précieux pour mieux s’appréhender au travers du regard d’autrui et approfondir la connaissance de soi.

La “zone cachée” allie mystère et stratégie. C’est la partie où vous choisissez de garder pour vous certains détails, par crainte de jugement ou délibérément. La levée progressive du voile sur cette zone dépend du niveau de confiance établi et de la volonté de s’engager dans un processus d’auto-découverte mutuelle.

Quant à la “zone inconnue”, elle évolue au fil de l’expérience vécue, de l’apprentissage et de la croissance personnelle. En somme, l’exploration de la fenêtre de Johari demande confiance en soi et aux autres pour trouver un équilibre.

Comment appliquer la fenêtre de Johari ?

Au-delà de la simple compréhension théorique de ce modèle relationnel, il importe d’appliquer ses enseignements pour développer des interactions plus sincères et stimuler une transformation intérieure porteuse de sens.

Développer l’ouverture dans la communication

Le premier levier d’action réside dans la volonté de partager spontanément certains aspects de sa personnalité. Cela suppose d’établir un dialogue sincère et transparent, où l’on extériorise ses pensées, ressentis et expériences de manière authentique, afin d’élargir sa “zone ouverte”.

Rester ouvert aux retours d’information

En vue de toujours approfondir la “zone ouverte” et explorer la “zone aveugle”, il importe d’accueillir les commentaires d’autrui avec un esprit ouvert et bienveillant. Les perceptions des autres sont susceptibles de mettre en lumière des traits insoupçonnés de sa propre personne. Faire preuve d’une écoute active renforce la compréhension mutuelle et contribue à affiner la connaissance de soi.

Y aller graduellement dans l’auto-révélation

Explorer la “zone cachée” passe par le choix judicieux des moments et des interlocuteurs avec qui partager des aspects plus intimes de soi. Naturellement, cela doit se dérouler dans un climat de confiance et de respect mutuels.

Demeurer curieux vis-à-vis de soi-même

Notez qu’une zone inconnue réduite témoigne d’un individu ayant su explorer son potentiel au maximum tout en restant conscient de ses limites. Une telle personne fait preuve d’assurance et de détermination dans la poursuite de ses objectifs. À l’inverse, une zone inconnue encore vaste révèle souvent un doute de soi, un manque de confiance en ses capacités et un sentiment de dévalorisation constant pouvant constituer un frein.

Pour donc appréhender sa “zone inconnue”, il convient d’adopter une posture d’ouverture et de questionnement à travers l’exploration de nouvelles expériences permettant de découvrir l’inconnu en soi.

Comment la fenêtre de Johari peut-elle aider à améliorer les relations ?

La force de la Fenêtre de Johari réside dans son potentiel à transcender les interactions superficielles pour nourrir des relations plus authentiques et enrichissantes. Telle une baguette magique psychologique, elle :

  • favorise la compréhension mutuelle,
  • permet de réduire les malentendus,
  • aide à établir la confiance par le partage,
  • et encourage la croissance personnelle.

En partageant volontairement des éléments de sa personnalité dans votre zone ouverte, vous offrez aux autres une représentation claire de qui vous êtes. En explorant ensuite la zone aveugle à travers les feedbacks, les quiproquos peuvent être levés. Ces commentaires révéleront de nouvelles perspectives pour clarifier les points de friction entre vos semblables et vous, renforçant ainsi votre communication professionnelle.

En élargissant graduellement votre zone cachée sur la base de la confiance mutuelle, vous créez un environnement où votre vulnérabilité peut s’épanouir. En effet, le partage d’aspects intimes de soi renforce les liens et favorise la proximité. Enfin, en mettant en lumière votre zone inconnue, la fenêtre de Johari encourage une exploration permanente de soi. Lorsque les individus s’encouragent à découvrir de nouvelles facettes, cela génère un terreau fertile pour le développement personnel conjugué.